Accueil   »  Ancien Testament  »  Livre de la Genèse (Gn)

Pierre WATREMEZ

Abraham, père des croyants

Commentaire des chapitres 12 à 22 du livre de la Genèse

Association Vivre la Bible (2004)

2) Commentaire : Comment Yhwh conduit son élu. Première étape

Scène I. L’appel. Yhwh et Abram. Départ vers Canaan (Gn 12,1-9)

12 1 YHWH dit à Abram : “Va pour toi de ton pays et du lieu de ta naissance et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. 2 Et je te ferai pour une grande nation et je te bénirai et je grandirai ton nom et sois [et tu seras] bénédiction. 3 Et je bénirai ceux qui te béniront et qui t’avilira je maudirai et seront bénies en toi toutes les familles du sol. 4 Et Abram alla comme YHWH lui avait parlé et Lot alla avec lui. Et Abram était fils [âgé de] de soixante-quinze ans quand il sortit de Harran.

5 Et Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, et tous les gains qu’ils avaient gagnés et les êtres qu’ils avaient faits à Harran. Et ils sortirent pour aller au pays de Canaan et ils vinrent au pays de Canaan. 6 Et Abram passa dans le pays jusqu’au lieu de Sichem, jusqu’au Chêne de Moré. Et le Cananéen était alors dans le pays. 7 Et YHWH fut vu à Abram et il dit : "A ta descendance je donnerai ce pays-ci." Et il bâtit là un autel pour Yhwh qui avait été vu à lui.

8 Et il se transporta de là à la montagne à l’orient pour Beth-El et il tendit sa tente ; Beth-El est au couchant et Le Aÿ à l’orient, et il bâtit là un autel pour Yhwh et il appela par [invoqua] le nom de Yhwh. 9 Et Abram partit pour aller et partir au Nègèv [Sud].

Dieu prend l’initiative de l’appel. Ce Dieu est Yhwh, dit le rédacteur

L’appel à Abram comprend trois éléments :

  1. Quitter son pays, sa parenté et se laisser conduire par Dieu là où il le mènera. Il y trouvera un grand bien : "pour toi".
  2. Devenir une grande nation et avoir une grande renommée.
  3. Être source de bénédiction pour toutes les "familles du sol".

Les trois éléments se complètent : Renoncer à sa vie précédente pour s’en remettre à ce Dieu qui ne lui promet que de bonnes choses. Comment refuser ? Même si le troisième point n’est pas très clair.

La réponse

C’est un "oui mais". Oui, il va partir, alors qu’il a déjà 75 ans ; il va quitter son pays. Mais en emportant tout son cadre familial : sa femme stérile, son neveu Lot, toutes ses richesses et "tous les êtres qu’ils avaient faits à Harran".

On ne précise pas ce dont il s’agit. On quitte sans tout quitter. On se laisse prendre une main par Dieu mais de l’autre on s’attache au terrestre. On assure l’avenir, c’est plus prudent.

Voici Abram et toute sa smala au pays de Canaan. Il est arrivé à Sichem. Là se trouve un arbre sacré, un haut-lieu dédié à quelque divinité cananéenne. Yhwh se fait voir à lui. On ne dit pas comment, mais la façon la plus fréquente est la vision nocturne, le songe. Abram entend : A ta descendance je donnerai ce pays. Double promesse : don d’une descendance, lui dont la femme est stérile, don d’un pays en échange de celui qu’il a quitté (v.7). En homme pieux, Abram répond en dressant un autel, "autel à Yhwh" précise le rédacteur.

Abram se déplace. Le voici à la montagne à l’orient de Beth-El. Il dresse sa tente, tel un nomade ou plutôt un pèlerin. Nouvel autel pour Yhwh, et le rédacteur ajoute : il invoqua le Nom de Yhwh. Les Fils d’Israël connaissent bien ce sanctuaire de Beth-El, où les prophètes Amos et Osée y viendront enseigner les exigences de Yhwh. Le rédacteur veut attribuer au grand ancêtre la fondation de ce haut-lieu.

Nouveau départ, vers le Sud (Nègèv). Ainsi Abram aura traversé, du nord au sud, le pays promis.

Revenir en haut de la page

Scène II. Abram en Égypte, Saraï et Pharaon (Gn 12,10-20)

10 Et fut une famine dans le pays et Abram descendit en Égypte pour y immigrer, car pesante était la famine dans le pays. 11 Et ce fut, comme il approchait pour venir en Égypte, il dit à Saraï, sa femme : “Voici donc, j’ai connu [je sais] que tu es une femme belle à voir 12 Ce sera, quand les Égyptiens te verront ils diront : "C’est sa femme et ils me tueront et te feront vivre". 13 Dis donc que tu es ma sœur, afin qu’ils me fassent du bien en raison de toi ; et mon être vivra rapport à toi.

14 Et ce fut, comme Abram était venu en Égypte, les Égyptiens virent que la femme était très belle, 15 et les chefs [ou les princes] de Pharaon la virent et ils en firent l’éloge à Pharaon. Et la femme fut prise et menée à la maison de Pharaon. 16 Et à Abram ils firent du bien en raison d’elle et il eut ovins et bovins et ânes et serviteurs et domestiques et ânesses et chameaux.

17 Et YHWH toucha Pharaon de grandes plaies, et sa maison, sur la parole [à propos] de Saraï, femme d’Abram. 18 Et Pharaon appela Abram et dit : “Qu’est-ce ceci que tu m’as fait ? Pourquoi ne m’as-tu pas révélé qu’elle était ta femme ? 19 Pourquoi as-tu dit : "Elle est ma sœur ?" Et je me la suis prise pour femme ! Et maintenant, voici ta femme, prends et va ! 20 Et Pharaon commanda à son sujet à des hommes et ils le renvoyèrent, lui et sa femme et tout ce qui était à lui.

Une famine survient. Sauve qui peut, pense Abram. Qu’en est-il pour lui de l’appel et des promesses de Yhwh ? Pas d’autel, pas d’invocation du Nom de Yhwh. A la première "épreuve" Abram flanche. Il fuit le pays promis et c’est pour immigrer en Égypte et... s’y enrichir.

Comme tout homme normal, même religieux, Abram désire réussir sa vie et non la perdre. Et pour l’assurer il faut la richesse. N’est-ce pas le salaire de celui qui sait conduire sa vie, la récompense du "sage" ? Sa femme est belle à voir, et les Égyptiens vont la désirer ; pour la posséder, ils tueront son mari. D’une pierre deux coups : Sara sera soeur d’Abram et lui aura la vie sauve et de grandes richesses. Mensonge diplomatique ? Peut-être pas. Abram expliquera plus tard que Sara est aussi sa demi-sœur (20,12). Mais ne serait-ce pas une ruse ? On sait aujourd’hui que dans les cours d’Égypte le Pharaon appelait "soeur" sa femme favorite. Et l’on sait combien les Sémites savent ruser. La fin ne justifie-t-elle pas les moyens selon la sagesse humaine ?

Tout réussit au-delà de l’espérance. C’est dans le lit de Pharaon que Sara va devenir pour son mari une source de grands profits : Il eut des troupeaux d’ovins et de bovins, avec des ânes, des serviteurs et des domestiques, des ânesses et des chameaux. (12,16). Le voici à la tête d’un imposant cheptel. Tout réussit à Abram, mais Pharaon est frappé de grandes plaies. Est-ce ainsi que commence la bénédiction de ceux qui font du bien à Abram ?

C’est, dit le rédacteur, en raison d’une intervention de Yhwh, comme si Pharaon était le coupable. Comment connaît-il l’origine de ses malheurs ? aucune importance ; c’est la malhonnêteté d’Abram que le rédacteur veut dévoiler. Quand on est avide de richesses, on est prêt aux pires turpitudes, n’est-il pas vrai ?

Encore doit-il s’estimer heureux que Pharaon se contente de le renvoyer avec tant de libéralités : "Prends ta femme et tous tes biens et va-t’en !"

Revenir en haut de la page

Scène III. Abram et Lot (Gn 13,1-13).

13 1 Et Abram monta d’Égypte, lui et sa femme et tout ce qui était à lui, et Lot avec lui, au Nègèv. 2 Abram était très pesant [chargé] en cheptel, en argent et en or. 3 Et il alla, selon ses départs, du Nègèv jusqu’à Beth-El, jusqu’au lieu où fut sa tente au commencement entre Beth-El et Le Aÿ, 4 vers le lieu de l’autel qu’il avait fait là en premier. Et Abram appela là par le Nom de Yhwh. 5 Lot aussi, qui allait avec Abram, avait ovins et bovins et tentes.

6 Le pays ne les portait pas pour demeurer ensemble, car leurs gains étaient nombreux et ils ne pouvaient demeurer ensemble. 7 Et il y eut une querelle entre les pasteurs du cheptel d’Abram et les pasteurs du cheptel de Lot, - le Cananéen et le Périzzite alors demeurant dans le pays -. 8 Et Abram dit à Lot : “Qu’il n’y ait pas de dispute entre moi et toi et entre mes pasteurs et tes pasteurs, car hommes frères nous sommes. 9 Tout le pays n’est-il pas devant toi ? Sépare-toi donc de sur moi. Si c’est la gauche, j’irai à droite, et si c’est la droite, j’irai à gauche.” 10 Et Lot porta ses yeux et il vit que tout le circuit du Jourdain était tout entier arrosé - c’était avant que YHWH eût ravagé Sedom et Gomorrhe, comme le jardin de Yhwh, comme le pays d’Égypte, quand tu viens à l’entrée de Çoar -. 11 Et Lot se choisit tout le circuit du Jourdain et Lot partit à l’orient, et ils se séparèrent, chacun de son frère. 12 Et Abram demeura dans le pays de Canaan et Lot demeura dans les villes du circuit et il mit sa tente jusqu’à Sedom.

13 - Les hommes de Sedom étaient mauvais et pécheurs pour Yhwh beaucoup -.

Voici Abram devenu riche en cheptel, en argent et en or (13,2). Il repasse dans le Sud et remonte vers Beth-El, sorte de pèlerinage d’action de grâce à son dieu. Abram est un homme religieux, c’est sûr, mais est-ce un fidèle de Yhwh ? Les prophètes Amos et Osée condamneront ceux qui viennent accomplir leur culte au sanctuaire de Beth-El : sous couvert de Yhwh, c’est Baal qu’ils invoquent. "Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon" dira Jésus (Mt 6,24/Luc 16,13). On parle de la tentation des richesses. Dieu nous montre qu’elle est plu­tôt une épreuve à surmonter afin de remplir la mission qu’il nous confie.

La séparation

Le neveu Lot réapparaît. Lui aussi est devenu un gros propriétaire de trou-peaux, peu importe comment, mais une telle richesse rend la séparation néces­saire. Voilà où conduit la richesse ; il doit se séparer de son neveu ; la richesse est montrée comme une cause de division.

Abraham n’est pas complètement mauvais ; il veut sauver sa vie, il veut s’enrichir ; il sait aussi se montrer désintéressé, généreux à l’égard de Lot. Lot opte pour la région la plus fertile et à proximité de la ville. Qu’à cela ne tienne, Abram se contentera de Canaan. La suite montrera comment le choix de Lot sera l’origine de ses malheurs (ch. 14 et 18). Pour Abraham, c’est aussi un premier détachement par rapport à sa parenté qu’il avait emmenée de Harran. Il ignore que Dieu le conduit à travers ces événements...

Revenir en haut de la page

Scène IV. Yhwh et Abram (Gn 13,14-18)

14 YHWH [LXX : Dieu] dit à Abram, après que Lot se fut séparé d’avec lui : "Porte donc tes yeux et vois, du lieu où tu es, au nord et au sud et à l’orient et au couchant, 15 car tout le pays que tu vois, à toi je le donnerai et à ta descendance, à tout jamais. 16 Et je mettrai ta descendance comme la poussière de la terre ; que, si un homme pouvait dénombrer la poussière de la terre ta descendance aussi serait dénombrée. 17 Lève-toi, va çà et là dans le pays, en long et en large, car à toi je le donnerai" 18 Et Abram mit sa tente et il vint et demeura aux chênes de Mamré, - qui sont à Hébron - et il bâtit là un autel pour Yhwh.

Yhwh se manifeste de nouveau à lui ; il renouvelle à la fois la promesse du don du pays, aussi loin que peut porter son regard, et la promesse d’une descendance, dont la multitude est inimaginable. Et Abram dresse sa tente "aux chênes de Mamré", près d’Hébron, encore un haut-lieu, sanctuaire où, selon les Livres de Samuel, David recevra la royauté messianique.

Là encore, Abram dresse un autel à Yhwh, une façon de "régulariser" un ancien culte païen. Mais c’est le dernier qu’il bâtira avant longtemps. Pourquoi ? Que va-t-il donc se passer dans sa vie ?

La Tôrah (Pentateuque) semble ignorer David et tout le messianisme, puisqu’elle situe tous ses récits avant l’entrée des Fils d’Israël au pays de Canaan ; mais elle ne manque pas une occasion d’y faire allusion. Le portrait d’Abram est, pour une part, décalqué sur celui de David.

Revenir en haut de la page

Scène V. Quatre rois contre cinq. Abram et Melkhi-Çèdèq (Gn 14,1-24)

14 1 Et ce fut aux jours d’Amraphel, roi de Shine’ar, d’Aryok, roi d’Ellasar, de Kedor-Laomèr, roi d’Elam, et de Tideal, roi de Goïm. 2 Ils firent un combat avec Bèra, roi de Sedom et avec Birsha, roi de Gomorrhe, Shinea’v, roi d’Adma et Shèmévèr, roi de Çevoïm, et le roi de Bèla, c’est Çoar -. 3 Eux tous s’associèrent vers la vallée des Siddîm, - c’est la mer du Sel -. 4 Douze ans ils servirent Kedor-Laomèr et treize ans ils se révoltèrent. [LXX : la 13è année] 5 En la quatorzième année, Kedor-Laomèr vint, et les rois qui étaient avec lui, et ils frappèrent les Rephaïm à Ashterôt-Qarnaïm [au sud de Damas] et les Zuzim à Ham et les Emîm à Shawé-Qiryataïm [en Moab], 6 et les Horites dans les montagnes de Seïr jusqu’à Eyl Paran qui est sur le désert. 7 Et ils retournèrent et ils vin­rent à la source du Jugement, - c’est Qadesh - et ils frappèrent toute la campagne [LXX : les chefs] de l’Amalécite et aussi l’Amorite demeurant à Hazezon Tamar. 8 Et le roi de Sedom sortit, et le roi de Gomorrhe et le roi de Adma et le roi de Çevoïm, et le roi de Bèla - c’est Çoar - et ils arrangèrent avec [contre] eux un combat dans la vallée des Siddîm 9 avec [contre] Kedor-Laomèr, roi d’Elam, et Tideal, roi de Goïm, et Amraphel, roi de Shine’ar et Aryok, roi d’Ellasar : quatre rois avec les cinq !

10 La vallée des Siddîm : des puits et des puits de bitume. Les rois de Sedom et de Gomorrhe s’enfuirent et ils y tombèrent ; et ceux qui subsistèrent s’enfuirent à la montagne, 11 et ils prirent tous les gains de Sedom et de Gomorrhe et tout leur manger et ils allèrent. 12 Et ils prirent Lot et ses gains,- le fils du frère d’Abram -, et ils allèrent, lui demeurant à Sedom. 13 Et vint un évadé et il révéla à Abram, l’hébreu, lui habitant aux Chênes de Mamré, l’Amorite, frère d’Eshkol et frère de Aner, et eux étant les maîtres d’alliance [les alliés] d’Abram -.

14 Et Abram entendit que son frère était captif, et il dégaina [fit tirer l’épée à] ses initiés, enfants de sa maison, - trois cent dix-huit -, et il poursuivit jusqu’à Dan. 15 Et sur eux fut la nuit en partage [LXX : tomba], sur lui et ses serviteurs, et il les frappa et les poursuivit jusqu’à Hova, qui est à gauche [au nord] pour Damas. 16 Et il fit retourner tous les gains et aussi Lot, son frère, et il fit retourner ses gains et aussi les femmes et le peuple.

17 Et le roi de Sedom sortit à sa rencontre après qu’il fut retourné de frapper Kedor-Laomèr et les rois qui étaient avec lui, à la vallée de Shawé, - c’est la vallée du Roi -.

18 Et Melki-Çèdèq, roi de Shalem, fit sortir [apporta] du pain et du vin - il exerçait le sacerdoce pour le Dieu Très-Haut - 19 et il le bénit et dit : "Béni soit Abram pour le Dieu Très-Haut, créateur des cieux et de la terre. 20 Et béni soit le Dieu Très-Haut qui a livré tes adversaires en tes mains." Et il [Abram] lui donna la dîme de tout. 21 Et le roi de Sedom dit à Abram : "Donne-moi l’être [Laisse-moi la vie] et les gains prends pour toi." 22 Et Abram dit au roi de Sedom : "J’ai élevé ma main vers (Yhwh,) le Dieu Très-Haut, créateur des cieux et de la terre. 23 Ni du fil jusqu’au lacet de sandale, ni je ne prendrai de tout ce qui est à toi, et tu ne diras pas : "Moi, j’ai enrichi Abram". 24 Rien pour moi ! Seulement ce qu’ont mangé les jeunes et la part des hommes qui sont allés avec moi, Aner, Eshkol et Mamré ; eux auront leur part."

L’événement, c’est la guerre. Cela aussi fait partie de l’humanité pécheresse. Des rois s’affrontent (des rois que l’Histoire ne connaît pas, peu importe !), cinq contre quatre. Les cinq rois l’emportent sur les quatre. Le récit mentionne les rois de Sedom et Gomorrhe comme englués dans des puits de bitume. Nous savons déjà que les hommes de Sedom sont de grands pécheurs (cf. ch. 19), ce qui sera montré par la suite.

Lot est fait prisonnier. Abram, aussitôt averti, rassemble ses gens (318 hommes) et vole à son secours. Il poursuit les cinq rois jusqu’à Damas et délivre Lot et tous ses biens ; il récupère même ce qui avait été enlevé aux rois vaincus. Le roi de Sedom, sauvé on ne sait comment, vient à la rencontre d’Abram pour le remercier. C’est ici que se situe une autre rencontre, bien étrange.

Melki-Çèdèq et Abram.

Le personnage de Melki-Çèdèq, roi de Shalem, est trop théologique pour le trouver dans l’histoire : Son nom signifie "mon roi est juste", et il règne sur la Paix, - ce que la tradition interprétera comme roi de Jérusalem. Encore une allusion messianique, car le Messie règne "selon le droit et la justice et il instaure la paix". Ces trois versets s’inspirent de la mythologie hittite, dont le rocher d’Ivriz en Cappadoce est un éloquent témoignage. Melki-Çèdèq se présente comme "prêtre du Très-Haut, le Dieu créateur des cieux et de la terre, qui a livré tes adversaires entre tes mains", et de la part de ce dieu, il lui offre du pain et du vin ; c’est-à-dire que le dieu offre à Abram sa nourriture, ce qui est étrange pour Abram ; dans les sacrifices, ce sont les hommes qui doivent l’offrir aux dieux. Abram fait un geste de soumission à ce dieu, en lui offrant la dîme de tous ses biens. C’est alors qu’en ce dieu qui donne, il reconnaît Yhwh lui-même.

Abram est transformé. il apparaît comme un homme nouveau. Il a rencontré le Dieu Très-Haut, le dieu qui donne sans avoir besoin de sacrifices ; pourquoi donc lui bâtir des autels ?- il n’a rien à recevoir puisqu’il est le "créateur des cieux et de la terre". Ici, entre en scène le roi de Sedom venu le remercier et lui offrir de garder tout le butin de sa victoire. Abram refuse :"J’ai élevé ma main vers Yhwh, le Dieu Très-Haut", dit-il.

Que désormais nul ne dise avoir enrichi Abram, car c’est de Yhwh qu’il reçoit la vie et tout ce dont il a besoin : Rien pour moi ! Seulement ce qui revient à mes compagnons.

Revenir en haut de la page

Scène VI. Le pacte de Yhwh et le premier dialogue (Gn 15, 1-21)

15 1 Après de telles paroles [choses], fut la parole de Yhwh à Abram en vision pour dire : "Ne crains pas, Abram, moi je suis un bouclier pour toi ; ton salaire sera très nombreux." 2 Et Abram dit : "Seigneur Yhwh, que me donneras-tu ? moi, je vais dénudé [sans enfant] et le fils de libation [Tg : intendant] de ma maison est Damas Eliézer" 3 Et Abram dit : "Certes, à moi tu n’as pas donné de descendance et voici, un fils de ma maison me possédera" [héritera de moi] 4 Et voici la parole de Yhwh à lui pour dire : "Ce n’est pas celui-ci qui te possédera, seulement celui qui sortira de tes entrailles te possédera."

5 Et il le fit sortir au dehors et dit : "Regarde donc aux cieux et compte les étoiles si tu peux les compter." Et il lui dit : "Ainsi sera ta descendance." 6 Et il eut confiance en Yhwh et il la lui estima justesse.

7 Et il lui dit : "Moi, YHWH, qui t’ai fait sortir de Ur des Chaldéens pour te donner ce pays-ci et pour toi le posséder." 8 Et il dit : "Seigneur Dieu, par quoi connaîtrai-je que je le posséderai ?" 9 Et il lui dit :"Prends pour moi une génisse de trois ans et une chèvre de trois ans et un bélier de trois ans et une tourterelle et un oisillon." 10 Et il prit pour lui tout cela et les morcela par le milieu et il donna chaque morceau à la rencontre de son compagnon [l’un en face de l’autre], et les oiseaux il ne morcela pas. 11 Et le rapace descendit sur les cadavres et Abram les fit détourner 12 Et le soleil fut pour venir [au couchant] et une torpeur tomba sur Abram et voici une épouvante, une grande ténèbre tomba sur lui.

13 Et il dit à Abram : "Connaissant, tu connaîtras qu’immigrée sera ta descendance dans un pays qui ne sera pas à eux, et ils les asserviront et les humilieront quatre cents ans 14 Et aussi avec la nation qu’ils serviront, je serai tenant tribunal, moi ; après quoi ils sortiront avec de grands gains. 15 Et toi, tu viendras vers tes pères en paix, tu sera mis au tombeau en bonne chevelure blanche. 16 A la quatrième génération, ils retourneront ici, car la faute de l’Amorite ne sera pas complète jusque là."

17 Et le soleil fut venant [se couchant] et une obscurité totale fut, et voici un four fumant et une torche de feu qui passèrent entre ces découpages. 18 En ce jour-là, YHWH trancha [conclut] avec Abram une alliance, en disant : "A ta descendance j’ai donné ce pays-ci, depuis le fleuve d’Égypte, jusqu’au grand fleuve, le Fleuve Euphrate, 19 le Qénite et le Qenizzite et le Qadmonite 20 et le Hittite et le Perizzite et les Rephaïm 21 et l’Amorite et le Cananéen et le Girgashite et le Jébusite."

Le nouvel Abram est né. Quand Yhwh revient vers lui, ce n’est plus dans une vision, c’est dans sa Parole. Et pour la première fois, un dialogue va s’engager entre Yhwh et Abram. Dieu lui dit : Ne crains pas, ce qui est la formule traditionnelle quand Dieu se manifeste porteur d’un message à un de ses serviteurs.

EXEMPLES. Isaac (Gn 26,24), Jacob (Gn 46,3), son peuple (Dt 1,21), Josué (Jos 8,1), Gédéon (Jg 6,23), Élie (II R 1,15/, Élisée (II R 6,16), Jérémie (1,8) Ezékiel (2,6), Joseph (Mtt 1,20), Marie (Luc 1,30), les bergers de Noël (Luc 2,10), les disciples dans la barque (Mc 6,50/Jn 6,20), le petit troupeau des disciples de Jésus (Luc 12,32), St Paul (AA 27,24).

A Abram, Dieu promet un important salaire... Mais ceci ne l’intéresse plus. Saraï, sa femme, est stérile et Dieu lui avait promis une innombrable descendance. Pour la première fois il s’adresse à Yhwh en disant : "Seigneur Yhwh". Et il se permet de formuler une demande  : "Qui sera mon héritier ?" Eléazar, son fidèle serviteur en sera-t-il le bénéficiaire ? Est-ce là la descendance promise ? Dieu lui révèle qu’il était déjà présent dans sa vie passée, mais Abram ne le savait pas. Il était présent quand sa famille quittait Ur des Chaldéens. Pourquoi ne serait-il pas aussi garant de son avenir : C’est bien un fils sorti de ses entrailles (référence à David II S 7,12) qui héritera de la promesse. Et Dieu l’invite à compter les étoiles : telle sera sa descendance. Abram fait confiance, il a "foi" en la parole de Dieu..

Désormais Dieu va le regarder comme un "juste", c’est-à-dire comme quelqu’un qui conforme sa volonté à celle de Dieu. Abram est passé de la religion cultuelle à la foi en son Dieu qui lui a parlé. Il a fait le saut que les prophètes auront bien du mal à faire réaliser au peuple d’Israël.

Dieu s’engage envers Abram.

La relation entre Abram et Yhwh est transformée. Et comme il est habituel dans la Bible, Dieu se doit de donner un signe à celui qui répond à son appel, non pour assurer la véracité de sa parole, mais pour authentifiercelui qui parle.

Yhwh propose un scénario dans lequel Abram aura un rôle à tenir. C’est le scénario habituel d’une alliance : on coupe en deux une victime et celui qui s’engage passe entre les deux morceaux ; il signifie par là : "Qu’il m’advienne ce qui a été fait aux animaux si je transgresse mon engagement". Dieu charge Abram de la mise en scène. Abram obéit, montrant ainsi qu’il accepte le pacte. Il intervient aussi pour chasser les rapaces trouble-fête. Et voici qu’un four fumant et une torche de feu - symbole de Yhwh, le feu dévorant -, passe entre les morceaux des animaux. Oui, seul Yhwh engage sa fidélité envers celui qui vient de lui déclarer sa foi.

L’événement s’est déroulé en silence et dans la nuit. Pourquoi ? Peut-être simplement parce qu’il s’est réalisé à travers un songe. C’est par le songe que Dieu communique souvent sa Parole à ses prophètes (Nb 12,6).

Aux versets 13-16 (additionnels), le rédacteur conclut : Yhwh fit alliance avec Abram en disant : A ta descendance j’ai donné ce pays (le verbe est à l’accompli, c’est déjà fait) dont il précise l’étendue.

Dans la première étape

Yhwh a fait passer Abram de l’homme religieux (le culte, les autels) à l’homme de foi (écoute de la Parole et dialogue avec Dieu). Il l’a conduit à se détacher de sa parenté et de l’attrait des richesses. C’est à ce premier des croyants que Dieu va lier le salut de l’humanité pécheresse.

Toutefois, ne pensons pas qu’Abram, justifié par la foi (Ro 3,28-30), est devenu un saint. La suite montrera que, pour lui aussi, s’applique le proverbe : "chasser le naturel, il revient au galop".

Pierre Watremez, bibliste

Pierre Watremez a autorisé la copie et la distribution d’extraits non modifiés ou de textes intégraux non modifiés de la présente œuvre, sous réserve que :

  1.  Cette copie ou cette distribution ne soit pas réalisée dans un cadre commercial.
  2.  La copie réalisée ou distribuée soit nécessairement accompagnée du nom de l’auteur (Pierre Watremez),
  3.  de l’adresse du site (www.vivrelabible.asso.fr / www.vivrelabible.net, ces deux noms devant toujours être indiqués)
  4. ainsi que des présentes conditions particulières d’utilisation et d’exploitation.
  5. Par ailleurs, si le nombre de copie atteint les 10 exemplaires, la personne réalisant cette distribution est tenue d’informer, au moins par courrier électronique :
    • l’auteur (Pierre Watremez),
    • ou bien l’association "Vivre la Bible"
    • ou bien le directeur de publication du site de l’association.

De manière générale, sont tout particulièrement interdits :

  1.  tout usage commercial de cette œuvre,
  2. la modification, l’adaptation ou la traduction de celle-ci,
  3.  la mise en ligne de tout ou partie de cette œuvre, l’établissement de lien profond ou de tout procédé technique masquant l’adresse du site sur lequel l’œuvre est légitimement publiée.

Revenir en haut de la page


Adresse de cette page :  http://www.vivrelabible.asso.fr/AT/abraham2.html

Association Vivre la Bible - 17 rue Crevel Duval - 92500 RUEIL

Courriel : contact [chez] vivrelabible.asso.fr

Hébergement : société OVH  - 140 Quai du Sartel - 59100 Roubaix

SPIP est utilisé avec joie pour gérer le contenu de ce site.