Accueil   »  Ancien Testament  »  Livre de la Genèse (Gn)

Pierre WATREMEZ

Abraham, père des croyants

Commentaire des chapitres 12 à 22 du livre de la Genèse

Association Vivre la Bible (2004)

1) Introduction

Présentation

La vocation d’Abraham occupe onze chapitres. Ce sont des textes narratifs. Devant de tels récits, nous ne devons jamais nous poser la question : Comment cela s’est-il passé ? - comme pour en reconstituer l’événement, - mais toujours celle-ci : Pourquoi Dieu inspire-t-il un rédacteur de nous raconter cette histoire ? Quelle révélation veut-il nous faire, que veut-il nous enseigner, à nous qui avons foi en lui ? J’ajouterai : Dieu nous révèle d’abord qui il est. A partir de cette révélation découlera notre comportement envers lui et envers les autres.

En se révélant à nous, Dieu nous révèle qui nous sommes. Il nous dit qu’il nous a connus avant que nous le connaissions. Il nous dit qu’il est à l’origine de notre vie, c’est-à-dire qu’il est présent et agit dans l’acte de conception qui est à l’origine de notre existence. Selon l’image familière du potier, il nous a modelés dans le ventre maternel.

Or, un potier modèle un objet en fonction de l’usage auquel il le destine. Ainsi Dieu nous façonne-t-il en vue d’une place à tenir au milieu des autres hommes ; c’est ce qu’on appelle la "vocation". Chaque homme va peu à peu découvrir sa place dans le monde, sa raison d’être, le service à rendre. Dieu juge chacun selon la façon dont il remplit cette fonction.

Parmi les hommes, Dieu en appelle quelques-uns à oeuvrer au salut de l’humanité. Tel est le sens de l’histoire d’Abraham, sa vocation. Elle prépare et annonce la "vocation de Jésus de Nazareth", ainsi que la nôtre, celle de ceux qui sont appelés à coopérer à cette œuvre au long de l’histoire des hommes ; telle est la "vocation de tout chrétien". Tout baptisé doit découvrir la mission que Dieu lui confie comme membre du Corps du Christ. Il ne réussira sa vie que dans la mesure où il vivra en conformité avec ce pourquoi Dieu l’a modelé. C’est le sens de la parabole des talents.

L’histoire d’Abraham est une histoire privilégiée pour comprendre cela. Elle nous montre d’abord que c’est Dieu qui a toujours l’initiative et qu’il attend de nous une réponse. Cette réponse n’est pas définie une fois pour toutes ; elle se réalise à travers des rencontres qui jalonnent une vie en relation avec lui.

La "geste d’Abraham" est essentiellement l’histoire de la rencontre entre Yhwh et Abram et de la relation qui s’en suivit. Autour d’Abraham, comme autour de chacun d’entre nous, gravitent d’autres personnages qui sont autant d’occasions de concrétiser leur vocation. Ici, nous trouvons : Sara, femme d’Abraham, femme, et Agar, la servante de Saraï, et Lot son neveu. Puis entrent en scène de façon épisodique : le Pharaon d’Égypte (12,10-20), Melkhi-Çèdèq, qui exerce le sacerdoce du Dieu Très-Haut (14,13-17), Avimèlèk, roi de Gérar (20,1-18 et 21,22-34), et enfin Isaac, fils d’Abraham et de Sara. La relation de ces personnages avec Dieu (Yhwh) sert à mettre en relief la relation privilégiée d’Abraham. Qui dit privilège dit en même temps supplément de devoirs à l’égard des autres...

Devant de tels récits, nous ne devons jamais nous poser la question : Comment cela s’est-il passé ? - comme pour en reconstituer l’événement, - mais toujours celle-ci : Pourquoi Dieu inspire-t-il un rédacteur de nous raconter cette histoire ? Quelle révélation veut-il nous faire, que veut-il nous enseigner, à nous qui avons foi en lui ?

Revenir en haut de la page

Abraham, Père des croyants, qu’est-ce à dire ?

L’expression vient de St Paul, qui écrit dans la lettre aux Romains :

"Abraham est notre père devant celui en qui il a eu foi, Dieu, qui donne la vie aux morts et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. Espérant contre toute espérance, il eut foi et devint ainsi le père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : ’Telle sera ta descendance’"
(Rm 4,16-18).

Dans la lettre aux Galates, St Paul dit aussi :

"Si vous êtes au Christ, vous êtes donc la descendance Abraham, héritiers selon la promesse"
(Gal 3,28)

Dans l’Épître aux Hébreux il est écrit :

"C’est par la foi qu’Abraham obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme en une terre étrangère... C’est par la foi que Sara fut rendue capable d’avoir une descendance... C’est dans la foi qu’ils sont morts, sans avoir obtenu les choses promises..."
(Hé 11, 8...13)

C’est cette histoire d’Abraham que nous allons parcourir. Elle illustre la parole de Jésus : Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont eu foi. On pourra transcrire : Heureux ceux qui font confiance en Dieu simplement parce que c’est lui qui a parlé. Cette histoire, c’est aussi la nôtre. Méditer l’histoire d’Abraham, c’est mieux comprendre notre propre histoire. Être enfant d’Abraham, c’est vivre comme Abraham, c’est se laisser conduire par Dieu vers la foi afin d’accomplir la mission pour laquelle il nous a choisis. Tout chrétien est un appelé par Dieu et à cet appel correspond une mission que nous avons à réaliser au cours de notre vie sur terre.

Dans le livre de la Genèse, l’histoire d’Abraham commence avec sa naissance (11,27) et s’achève à sa mort (25,8). Mais le cheminement d’Abram dans la foi commence avec l’appel de Dieu (12,1) et s’achève quand sa mission est accomplie (22,19). C’est une succession de récits que nous connaissons surtout par les passages édifiants que la liturgie propose à notre méditation, au risque de nous présenter Abraham comme un modèle de sainteté canonisée. Abraham est un homme vrai en qui chaque croyant peut se reconnaître (plus ou moins).

Lire les Saintes Écritures comme Parole de Dieu consiste à porter d’abord son attention sur Dieu. Le but ultime de cette parole est de nous le faire connaître toujours davantage. Dans l’Ancien Testament, c’est YHWH, le tétragramme sacré (comme on dit) que l’on doit regarder.

Revenir en haut de la page

Structure du récit

L’homme de la Bible n’est pas un saint ! Dieu nous le propose, non comme un modèle à imiter, mais pour que nous nous reconnaissions en lui ! Le personnage d’ABRAHAM, Père des Croyants, nous invite à être ses fils. Les chapitres 12 à 22 du Livre de la Genèse nous "raconte" l’itinéraire de tout croyant, depuis l’appel de Dieu jusqu’à l’accomplissement de la mission qui lui a été confiée en vue du salut de l’humanité. En portant son attention sur le nom de YHWH, on remarquera comment se transforme la relation d’Abraham avec Dieu au long des événements de sa vie.

L’origine d’Abraham est évoquée à la fin du chapitre 11 (v.27-32) mais son "histoire" ne commence qu’avec l’appel de Yhwh (ch. 12).

On verra les diverses étapes de son itinéraire "spirituel", présenté en sept sections :

  • Section 1. Dieu appelle un homme parmi d’autres, ni pire ni meilleur que les autres, sinon qu’il est Sémite (Gn 9,23-27). Il lui confie une mission qui ne sera comprise que bien plus tard. On comparera 12,1-3 et 22,16-18.
  • Section 2. Abram - tel est le nom originel d’Abraham - est un homme religieux : un dieu qu’il ne connaît pas lui propose une grande destinée. Comment refuser ? Mais n’est-il pas prudent d’assurer ses arrières ? Dieu a pris l’initiative de l’appeler, il prendra aussi l’initiative de se faire connaître à lui à travers sa réponse, ses refus et ses générosités (ch. 12-13).
  • Section 3. Des circonstances imprévues mais trop fréquentes dans les relations humaines, la méchanceté des hommes et la guerre, l’amènent à rencontrer un mystérieux personnage, prêtre du Très-Haut. Et Abram reconnaîtra en ce Très-Haut, créateur des cieux et de la terre, le Dieu qui l’a appelé (ch. 14).
  • Section 4. A partir de ce moment, Yhwh va parler avec Abram et un dialogue commence : il s’engage à donner à Abram, vieux et époux d’une femme stérile, Saraï, une immense descendance ! Comment ne pas faire confiance au Dieu Très-Haut : Abram est né à la FOI et Yhwh s’engage avec lui dans une alliance qui va guider sa vie et le transformer : Dieu fait d’Abram Abraham (ch. 15-17).
  • Section 5. La relation de Yhwh et d’Abraham se concrétise : trois hommes mystérieux viennent le visiter ; ils confirment la naissance de son fils Isaac. Abraham, conforté dans sa foi, commence, sans en avoir bien conscience, à remplir sa mission : intercéder pour l’humanité pécheresse. Et Yhwh l’écoute... (ch. 18-19).
  • Section 6. Les circonstances de la vie conduisent Abraham à vivre au milieu des païens, les Philistins, des étrangers. "Que peut-il y avoir de bon en ces hommes ?", pense Abraham. Et il agit en conséquence, en homme prudent et avisé... ! C’est alors que naît Isaac ; Abraham doit affronter Sara et céder à ses exigences. Il va aussi se quereller avec le roi Philistin et découvrir un homme en quête de son Dieu...
  • Section 7. Il reste à Abraham à parachever sa mission : donner à Yhwh son fils unique. Il le fera "monter" - c’est le sens du mot hébreu utilisé - vers ce Dieu qui a besoin d’Isaac pour engendrer la descendance en qui toutes les nations de la terre pourront trouver la bénédiction divine (ch. 22).
Comme il est fréquent dans la Bible (Ancien et Nouveau Testaments), un récit est structuré de telle sorte que le début et la fin se répondent. Au centre est la "pointe", l’instant qui fait basculer de l’état initial à l’état final. On remarquera le parallélisme entre les événements des deuxième et sixième sections et les rencontres exceptionnelles qui marquent les troisième et cinquième sections.

Revenir en haut de la page

Relations des personnages avec Yhwh

1ère Section. 12,1-3

Situation initiale. Le rédacteur montre Yhwh parlant à Abram (12,1), il lui fait une bien belle promesse. Mais Abram ne connaît pas son interlocuteur. Ceci est écrit à l’adresse du lecteur.

2ème Section. 12,4-13,18

Abram agit "selon" cette parole (1,4) ; qui refuserait de telles promesses ? Alors, Yhwh se rend plus présent : Il se fait voir (12,7). On ne dit pas sous quelle forme, ce qui est hors du sujet, car cette vision ne fait que reprendre une partie de la promesse précédente. Toutefois le rédacteur dit que la relation entre Yhwh et Abram passe de l’entendre au voir. Abram répond par un acte cultuel, religieux : il bâtit un autel et invoque "le Nom de Yhwh". Remarquons qu’il n’y a pas de sacrifice - ce qui est la destination normale d’un autel -, et que le contenu de l’invocation n’est pas exprimé. C’est un acte de soumission à la divinité.

Abram est venu en Égypte. Yhwh n’intervient que pour frapper de plaies Pharaon, et cela à cause d’Abram - et de Sara - (12,17). Abram devient un fléau pour l’Egypte, lui par qui Dieu veut bénir toutes les nations !

Enfin, après son retour d’Égypte, le rédacteur annonce que Yhwh ravagera Sedom et Gomorrhe (13,10). La relation entre Yhwh et les nations est décidément négative, car les hommes de Sedom sont de grands pécheurs.

Après la séparation de Lot - premier geste de détachement d’Abram - Yhwh reprend la parole pour concrétiser la promesse : "Je te donnerai ce pays à toi et à ta descendance" (13,14). Abram bâtit un autre autel (13,18).

État de la situation : relation positive entre Yhwh et Abram, réponse cultuelle d’Abram. Relation négative entre Yhwh et l’Egypte d’une part, et Sedom et Gomorrhe d’autre part.

3ème Section 14,1-24

Yhwh n’intervient pas. Cette absence - apparente - de Yhwh va être un moment décisif pour Abram. Ici il commence à connaître Yhwh comme le "Dieu Très-Haut, créateur du ciel et de la terre" (14,22).

4ème Section 15,1-17,27

Yhwh adresse une nouvelle parole et Abram répond (15,1-2). Maintenant, le dialogue s’engage ; une grande étape a été franchie. Yhwh se présente lui-même : "C’est moi Yhwh qui t’ai fait sortir de Ur des Chaldéens pour te donner ce pays" (15,7). Yhwh est le Dieu du passé, du présent, et de l’avenir d’Abram. Il détient en ses mains son destin. Et Abram l’accepte en poursuivant le dialogue (15,8). Et Yhwh s’engage avec lui par un pacte (alliance). Par serment, il promet de donner ce pays à sa descendance.

A cette étape, tout se noue entre Yhwh et Abram ; les autres personnages ne servent qu’à mettre Abram en vedette. En effet, pour avoir une descendance, il lui faut une femme, et Sara est stérile. Les femmes entrent en scène. Quelle relation ont-elles avec Yhwh ? Sara accuse Yhwh de l’avoir empêché d’enfanter ; elle somme Yhwh de reconnaître qu’il est à l’origine de son humiliation (16,2.5) : relation parfaitement négative ! C’est d’Agar, domestique de Sara qu’Abram aura un fils. Sara la poursuivra de sa jalousie, mais Yhwh "écoutera sa misère" (16,11). A son tour, Agar invoque le nom de Yhwh, qu’elle ne connaît pas ; elle appelle ce Dieu "El", du nom du dieu père dans le panthéon cananéen. La relation entre Yhwh et Agar est positive.

Yhwh complète la révélation de son identité : Je suis El Shaddaï. Et il s’ensuit un long dialogue entre Yhwh et Abram (ch. 17). Par six fois, il emploie le verbe donner : Yhwh est un Dieu qui donne, et il donne gratuitement : il donne à Abram, à sa descendance et à Ishmaël. Par trois fois, il bénit, deux fois Sara et une fois Ishmaël, le fils d’Abram et d’Agar, bénédiction dont Abram est l’intermédiaire : En toi seront bénies... Yhwh change le nom d’Abram et celui de Saraï. Il en prend possession et leur donne une nouvelle identité (comme pour nous, le nom de baptême nous donne une identité d’enfants de Dieu).

Abraham et Sara sont devenus partenaires de Yhwh, et Yhwh vient leur rendre visite. Il se fait voir (v.1), Abraham l’invite à sa table, Dieu lui annonce la naissance d’un fils par Sara (v.13). Il fait une confidence à celui par qui seront bénies toutes les nations (v.17-21). Du coup, Abraham n’hésite pas à reprocher à Yhwh sa sévérité (v.23) et Yhwh accepte la remontrance de son élu (v.26-33).

L’intercession d’Abraham n’aboutit pas : les villes de Sedom et Gomorrhe seront ravagées, faute d’un nombre suffisant de justes (v.13-14. 24).

6ème Section chapitres 20-21

Abraham s’en va immigrer au pays des Philistins. Le voici face au roi Avimèlèk. Yhwh semble disparaître. Il ne parle plus à Abraham que comme un "dieu" (21,12). Pourquoi ? Toutefois le rédacteur dit que Yhwh avait rendu stérile toute la maison du roi. Relation négative, et c’est encore par la faute d’Abraham...

Il dit aussi que Yhwh, selon sa parole, visite Sara (21,1) ; la réaction de Sara est de dire : A cause de Dieu, tout le monde va se moquer de moi ! Relation négative.

7ème Section 22,1-19

Même ici, Yhwh se cache ; il n’intervient que par son "double", l’Ange de Yhwh. Pourtant Abraham dédie à Yhwh le lieu de la montagne "où Yhwh s’est fait voir" (22,14) alors qu’il ne l’a pas vu ! Que veut-il dire ?

Inventaire

Sous ce seul parcours, forcément très succinct, la relation entre Yhwh et Abraham est montrée toujours positive, celle de Yhwh avec les nations est toujours négative. Du côté d’Agar elle est positive, du côté de Sara il n’y a pas réciprocité. Sara ne perçoit pas les faveurs de Yhwh. On peut en conclure que Yhwh est partial, voire injuste. L’humanité est divi­sée en deux parts : d’une part Abraham, que Yhwh favorise, et d’autre part le reste de l’humanité, que Dieu réprouve. Or Abraham est précisément appelé pour réconcilier Dieu et l’humanité. Comment cela ? C’est ce qu’il faut découvrir dans le récit.

Revenir en haut de la page

Qui est Abraham ?

Abram apparaît dans le livre de la Genèse au chapitre 11, à la fin de ce qu’on appelle la table des peuples. Il est de la descendance de Sem, fils de Noé, un individu au milieu d’une humanité pécheresse, dispersée à la suite de la construction de la tour de Babel. Sa famille est originaire d’Ur en Basse Mésopotamie. Le récit commence lorsqu’elle est installée à Harran ; rien d’extraordinaire. Il n’est pas dit que c’est par nomadisme qu’elle est venue habiter en Haute Mésopotamie, ni qu’elle a de grands troupeaux, ni qu’Abram connaît Yhwh.

Toutefois on constatera que la table des peuples (Gn ch. 10-11) s’achève avec l’apparition d’Abram et de Saraï, sa femme stérile. Pourquoi Dieu appelle-t-il Abram ? Question double : quelle est la raison de ce choix et dans quel but ?

Pourquoi ce choix ? Parce que Dieu est libre de choisir qui il veut sans avoir à se justifier. L’homme, si jaloux de sa liberté, refuserait-il à Dieu cette liberté ? On peut ajouter, en se référant à la vocation de Jérémie :

"Avant de te former au ventre maternel je t’ai connu, et avant ta naissance je t’ai sanctifié, je t’ai établi prophète des nations"
(Jr 1,5)

Yhwh dit à Cyrus, le roi de Perse :

"Tu ne me connaissais pas, et je t’ai appelé par ton nom et je t’ai donné un nom. J’ai noué ta ceinture et tu ne me connaissais pas, afin que tous connaissent qu’il n’est pas d’autre Dieu que moi"
(Es 45,4-5)

Dans son secret éternel, Dieu s’est modelé un homme, parmi les multitudes, qu’il se destine comme son instrument de salut. Cela est vrai pour chacun d’entre nous. Dieu fait naître chaque homme en fonction d’une place à tenir dans l’humanité, tout en lui laissant la liberté d’y répondre ou de la refuser.

Dans quel but l’appelle-t-il ? C’est ce que Dieu va lui révéler dès sa première parole, mais dont le contenu réel ne sera compris que petit à petit. Cela est signifié dans le texte par la reprise de 12,2-3 en 22,17-18. Chacun reçoit de Dieu une vocation, mais il ne la découvre qu’en restant à l’écoute de Dieu au cours des événements de sa vie.

On ajoutera encore ceci : Sara, sa femme, est stérile. La Bible montre, de Sara à Élisabeth, femme de Zakharie, que toute femme déclarée stérile est destinée à enfanter quelqu’un qui tiendra une place capitale dans l’histoire du salut. Dieu veut sauver tous les hommes mais il ne veut pas sauver sans que l’homme lui-même accepte librement de coopérer à son dessein.

Pierre Watremez, bibliste

Pierre Watremez a autorisé la copie et la distribution d’extraits non modifiés ou de textes intégraux non modifiés de la présente œuvre, sous réserve que :

  1.  Cette copie ou cette distribution ne soit pas réalisée dans un cadre commercial.
  2.  La copie réalisée ou distribuée soit nécessairement accompagnée du nom de l’auteur (Pierre Watremez),
  3.  de l’adresse du site (www.vivrelabible.asso.fr / www.vivrelabible.net, ces deux noms devant toujours être indiqués)
  4. ainsi que des présentes conditions particulières d’utilisation et d’exploitation.
  5. Par ailleurs, si le nombre de copie atteint les 10 exemplaires, la personne réalisant cette distribution est tenue d’informer, au moins par courrier électronique :
    • l’auteur (Pierre Watremez),
    • ou bien l’association "Vivre la Bible"
    • ou bien le directeur de publication du site de l’association.

De manière générale, sont tout particulièrement interdits :

  1.  tout usage commercial de cette œuvre,
  2. la modification, l’adaptation ou la traduction de celle-ci,
  3.  la mise en ligne de tout ou partie de cette œuvre, l’établissement de lien profond ou de tout procédé technique masquant l’adresse du site sur lequel l’œuvre est légitimement publiée.

Revenir en haut de la page


Adresse de cette page :  http://www.vivrelabible.asso.fr/AT/abraham.html

Association Vivre la Bible - 17 rue Crevel Duval - 92500 RUEIL

Courriel : contact [chez] vivrelabible.asso.fr

Hébergement : société OVH  - 140 Quai du Sartel - 59100 Roubaix

SPIP est utilisé avec joie pour gérer le contenu de ce site.